Tél : 02.78.77.53.86 hello@avantdecliquer.com

Recherches Internet : reconversion cybercriminel

Les professionnels de la cybersécurité ont de quoi être soucieux. En effet, en 2020, les recherches Internet pour apprendre à hacker explosent !

Pandémie COVID-19, confinement, télétravail, crise économique, hausse du chômage sont autant de raisons pour lesquelles des millions d’individus recherchent de nouvelles sources de revenus potentielles. L’intérêt pour le piratage informatique a, de fait, incroyablement augmenté au cours des mois de mars, avril et mai 2020. (source : cybernews.com).

Le fantasme qui veut qu’un hacker gagne simplement et rapidement une somme d’argent considérable, semble séduire de plus en plus d’individus.

Hausse inquiétante des recherches Internet pour savoir « hacker »

En effet, une enquête menée par Cybernews révèle que les recherches Internet liées à la cybercriminalité pour devenir hacker “ont explosé” : sur Google Trends, des requêtes telles que «cours de piratage» et «cours de piratage éthique» atteignent, en 2020, des niveaux records. Toujours selon Cybernews : “d’autres termes liés à la cybercriminalité tels que «comment accéder au dark web», «comment arnaquer» et «apprendre le piratage» ont connu leur plus grand nombre de recherches depuis cinq ans ou plus”.

Enfin, le nombre de recherches liées à l’apprentissage de la cybercriminalité, telles que :

  • comment pirater ;
  • comment devenir un pirate informatique (ou un hacker) ;
  • didacticiel sur le piratage ;
  • tuto hack ;
  • apprendre le piratage informatique ;
  • comment se rendre sur le dark web ;
  • empire market (le plus grand marché du Web sombre au monde) ;

a amplement augmenté courant mars et avril, par rapport à leur moyenne “habituelle”.

Par ailleurs, les recherches concernant des sites Web et forums de pirates populaires ont augmenté de 66% en 2020.

Devenir hacker : métier d’avenir ?

Le potentiel ralentissement économique engendré par la pandémie risque d’aggraver une situation déjà bien sous tension. D’autant plus qu’il est désormais facile d’obtenir et d’utiliser des logiciels malveillants : une des raisons qui explique cet « engouement » pour les recherches Internet autour du thème « hacker ». En conséquence, l’intérêt pour acquérir des compétences en piratage et cybercriminalité risque de croître dans un avenir proche. Néanmoins atteindre le niveau d’un pirate informatique confirmé et mener une cyberattaque de haut niveau, requièrent des connaissances, compétences et investissements dont peu d’autodidactes ou fraudeurs “en herbe” disposent. Heureusement, nombreuses sont les personnes qui renonceront avant même d’avoir essayé ! Toutefois, étant donné le contexte, les professionnels de la cybersécurité doivent rester en alerte sur ce sujet.

D’où viennent les cybercriminels potentiels ?

Observer la situation géopolitique, sanitaire et sociale dans le monde permet de comprendre d’où proviennent les cybercriminels : généralement de pays et régions défavorisés ou instables (Bangladesh, Inde, Pakistan, Nigéria…) dans lesquels les actes de cybercriminalités sont une des solutions de survie. Et la situation est loin de se décrisper avec la COVID-19, l’augmentation du chômage.

Toutefois, les autres pays “moins exposés” doivent rester eux aussi vigilants et en alerte. La cybercriminalité tente également les personnes en recherche de reconnaissance, de popularité, d’appartenance à une communauté, de pouvoir ou sensations fortes. C’est une voie vers laquelle de nombreux jeunes sont attirés. (source : cybernews).

Peut-on contenir la crise annoncée ?

Oui, à condition de la prévenir !

Nous assistons ces derniers temps à un éveil et une véritable prise de conscience de la part des organisations sur l’importance de la cybersécurité. Plus éclairées, plus alertes, elles se dotent de solutions pour lutter contre la cybercriminalité. Elles savent que les attaques peuvent provenir à n’importe quel moment, quel que soit le procédé : 

  • E-mail frauduleux, nommé le Phishing ;
  • URL falsifiée, appelé Spoofed URL ;
  • Utilisation d’outils informatiques personnels, d’applications, de services, programmes ou logiciels dans le milieu professionnel, sans l’approbation du Responsable des Services Informatiques, nommé le Shadow IT ;
  • …et la liste reste non exhaustive.

C’est pourquoi, en complément des solutions techniques, placer les collaborateurs au centre de la cybersécurité reste indispensable ! L’humain est à la fois au cœur et la clé de la solution !

Chez Avant de Cliquer, nous nous attachons à renforcer les connaissances et compétences de vos collaborateurs en matière de cybersécurité.